Le piratage de films au Canada

Ceci est une réponse à l'article de Maxime Demers du Journal de Montréal concernant cet article sur le piratage de film ainsi que la une du journal aujourd'hui. Cette lettre lui a aussi été envoyé.

---

Bonjour monsieur Demers,

Concernant la une du journal de Mtl d'aujourd'hui et votre dossier sur le piratage de films au Canada. Honnêtement, vos statistiques de l'industrie des films provient littéralement de la MPAA (Motion Picture Association of America). C'est à dire, elles sont biaisées. Vous devriez rechercher plusieurs sources avant d'écrire un tel article.

Par exemple, dans votre article en ligne , vous écrivez :"au Québec, comme dans le reste du Canada, aucune loi criminelle n'empêche un spectateur de filmer ce qu'il voit au grand écran." Alors que le site même de la MPAA stipule lui même ici : "For example, in Canada camcording is an infringement under the Copyright Act, regardless of whether it is for the public or personal use of the person making the copy."

J'espère que ceci pourra faire un peu de lumière sur votre dossier.

--- (Mise à jour : sa réponse.)

Bonjour!

Merci pour ces infos. Mais les seules statistiques disponibles pour l’instant sont celles ci. Et il est bien précisé que ce sont les statistiques de l’association des distributeurs (donc la MPAA).
Concernant le problème de la légalité. C’est légal de filmer. Il n’y a pas de loi criminelle qui nous l’empêche, à moins que ce soit à des fins commerciales. À ce moment, c’est la loi sur les droits d’auteurs qui entre en ligne de compte.

Maxime Demers