Puerto Vallarta 2011 partie 6 - La plage touristique et l'organisation

La plage touristique et l'organisation par Alexandre Racine 2011-03-31

Hier, c'était la journée de congé de Mimi, notre voisine d'étage. Puisque normalement, elle travaille de soir et dors de jour, nous nous sommes dit que ce serait intéressant de lui faire voir un peu du pays avec du soleil. Nous sommes donc allé à la plage. Malheureusement, son ami Manuel ne filait pas très bien alors nous sommes allé à la plage touristique tout proche du Blue Seas Hotel. Le Blue Seas hotel est réputé pour avoir une clientèle plus gay pour votre information.

Je vous jure qu'il faut s'armer de patience lorsque c'est aussi touristique. Ce n'est pas les touristes le problème, ce sont les 80 vendeurs qui font la queue pour venir vous voir et qui parfois retourne à la fin de la queue par manque de mémoire qu'il ont passé. Et je n'exagère même pas sur le nombre! Évidemment ce sont des employés des magasins environnants. C'est quand même un bon système pour l'économie de Puerto Vallarta et des magasins, par contre après 50, j'avais vraiment le goût de les niaiser ou de les insulter ou de leur faire peur pour arrêter l'hémorragie de vendeurs. Une chance que mes amis étaient là pour me calmer. Imaginez une musique que vous n'aimez pas à répétition ou le supplice de la goute chinoise dans le front, à répétition, à répétition, à répétition et ceci n’inclue pas les femmes ou les petits garçons qui semblent être dans la misère qui passe avec des pancartes où il est écrit qu'ils vivent de misère et d'eau. Le problème c'est que c'est tout un système d'exploitation. Le même garçon, je l'ai vu avec son cellulaire environ 3 heures plus tard, intéressant. Plus sur ce système d'exploitation ici http://vallartainfo.com/puerto-vallarta-customs.html
En passant ce site est vraiment une mine d'information si vous voulez venir à Puerto Vallarta.

Bon, finalement j'ai négocier une superbe couverture de 500 pesos à 220 pesos. Mes amis ce sentait tellement coupable qui me lançaient des phrases comme : "comment il va manger ce soir", "tu va le faire mourir de faim" , etc. Je pense que si cela n'était pas une bonne affaire pour le vendeur, qu'il ne me l'aurait tout simplement pas vendu! En plus Manu a dit au vendeur que si il en trouvait une autre pareille, qu'il allait y acheter. Alors le vendeur est revenue 5 minutes plus tard avec la même couverture et Manu l'a acheté.

Aujourd'hui, la chaleur est vraiment écrasante, nous marchions et c'était difficile de faire des pas. Il fait aussi très humide. Nous avons mangé des burritos à l'espadon et crevettes, nous avons été au Mega, le supermarché, Marie c'est fait faire une robe très sexy par un travesti Mexicain et elle était vraiment contente!

Nous avons aussi fait du lavage. Ici, c'est un peu différent. On paie au kilogramme qu'on veut laver, environ 11 pesos par kg, minimum 33 pesos. On va le porter, la femme le lave et le plit puis on va le chercher deux heures plus tard.

Je dois absolument écrire sur les dépanneurs ou n’importe quel local finalement. C'est pas compliqué, il n'y a pas vraiment de règle ici. Tu prends un espace, un logement ou une maison et tu décides vraiment ce que tu veux en faire, soit une maison, soit un dépanneur, ou n’importe quel commerce. Je ne crois pas qu'il y ait de système de permis ici! Donc dans un cartier, il peut y avoir pas mal de commerce différent.

La plage touristique de loin
Sur certaines plages, ont ne peut faire caca hahaha